Treize hommes et femmes ont livré des traductions inédites et intégrales de Gulliver’s Travels en français de 1727 à nos jours. Si le premier comme le troisième d’entre eux demeurent hélas anonymes, nous avons voulu attirer la lumière sur ces travailleurs de l’ombre. La traduction était-elle leur activité principale ? Quels ouvrages ont-ils rendu en français ? Quelle place le texte de Swift occupe-t-il au sein de leur bibliographie ? Seuls deux portraits sont actuellement en ligne, les suivants seront publiés prochainement.

Desfontaines

L’abbé Desfontaines fut le deuxième traducteur de Gulliver’s Travels en français. Sa version amende et supplée volontiers à l’original. Sa carrière d’hommes de lettres fut ponctuée de nombreuses polémiques.

Gausseron

Bernard-Henri Gausseron était professeur agrégé d’anglais. Il traduisit de nombreux ouvrages destinés à la jeunesse et rédigea plusieurs traités d’éducation.

Constantin-Weyer

Ce proche de l’Action française et auteur de romans d’aventures reçut le Prix Goncourt pour Un Homme se penche sur son passé. Il ne traduisait qu’occasionnellement.

Bay/Desmond

André Bay prit le nom de famille de son épouse, Desmond, pour signer sa traduction de Swift. Éditeur avant tout, il dirigea notamment la collection étrangère chez Stock.

Merle

Auteur de nombreux romans historiques, Merle traduisait le plus souvent aux côtés de son épouse, Magali. Il enseigna l’anglais à l’Université de Nanterre.

Axelrad

José Axelrad fut professeur d’anglais à la Faculté de lettres de Lille et doyen de l’Université de Rouen. Il se consacra en premier lieu à sa carrière universitaire et ne traduisit que peu.

Molitor

Très peu d’informations concernant Lucienne Molitor nous sont parvenues. Cette traductrice fut pourtant très prolifique et elle prépara la première version française intégrale de Dracula de Stoker.

Pons

Émile Pons fut crédité comme l’auteur de la traduction de Gulliver parue chez Gallimard. Il semble pourtant que Bénédicte Lilamand, fille de l’éminent spécialiste de Swift, en fut l’instigatrice.

Lamoine

Georges Lamoine, spécialiste du XVIIIe siècle britannique, fut notamment professeur à l’Université de Toulouse et traduisit de nombreux textes portant sur la Franc-maçonnerie.

Villeneuve

Guillaume Villeneuve est l’auteur de près de 80 traductions depuis l’anglais. Ce traducteur professionnel se consacre principalement à la littérature et à l’histoire.

Buzelin

Professeur au sein du département de traduction et de linguistique de l’Université de Montréal, Hélène Buzelin s’est intéressée aux phénomènes d’hybridité littéraire.